AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au détour d'un parcour. Kaelyn & Andréas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Au détour d'un parcour. Kaelyn & Andréas.    Ven 12 Avr - 0:56

Généralement le Samedi matin, et surtout à cette heure-ci je dormais. Je me remettais de ma soirée de la veille. Cependant ce matin mon réveil avait sonné à dix heure et demi. En effet, j'avais convenu avec ma petite soeur de l'accompagner courir. Elle pensait que ça nous ferait du bien, que ça nous rapprocherait car après son départ à l'étranger nous nous étions malheureusement éloignés. Enfin, l'important c'est qu'elle était enfin revenue, malgré le pourquoi du comment. Cette sortie matinale nous permettrait de nous oxygéner le cerveau, de nous changer les idées car le pourquoi du comment n'était autre que le décès de maman et Syrie avait besoin de moi autant que j'avais besoin d'elle. C'était dur faire face. Affreusement difficile, la sensation de manque, la douleur s'avérait être indescriptible. La souffrance empoignait nos coeurs comme des mains bestiales et sauvages pour le broyer, le laminer jusqu'à y implanter ses ongles, ne trouvant de satisfaction que quand le sang dégoulinerait de l'organe. Et quant à notre esprit, il s'avérait tourmenté, obsédé par un visage, un regard, un sourire, une odeur qui revenait sans cesse, chaque seconde de notre existence. Celle qui nous avait mise au monde n'était plus, emportant avec elle un morceau de notre âme. La fatalité de la mort était une fourbe et la mort était la pire des garce. Elle frappait n'importe où, n'importe quand et sans crier gare. Du jour au lendemain votre monde, votre petit paradis pouvait s'effondrer avec la personne qu'elle emportait et vous, pauvre petit humain regorgeant de vie et d'espoir, vous tombez. Vous tombez parce que la vie même perd tout son sens. Pourquoi vivre alors que ceux qu'on aime disparaissent ? Et vous ne trouvez aucune réponse, il n'y en a pas. Enfin, pas selon moi.Chute brutale et fracassante. Le jeune souriant et charmant que vous connaissez n'est soudain plus que l'ombre de lui-même et sa vie ne se résume plus qu'à de la froideur et de l'alcool alors que vous, tout ce que vous trouvez à faire c'est le blâmer ? Je ne veux pas de ça, ce que je voulais c'est qu'on me la rende putain.

C'est brutalement que le réveil sonna une deuxième fois, me sortant de mes sombres songes. Lentement mon corps endolorie s'extirpa de sous la couette, un fourbe frisson me parcourut lorsque le froid m'enlaça. Courageusement, je me glissais jusqu'à la salle de bain histoire de me nettoyer succinctement le corps et le visage. J'attrapais un jogging et un tee-shirt, dévalai les escaliers et enfilai mes baskets. On devait se retrouver au complexe sportif de Blue Hills, nous comptions faire le tour des terrains en courant. A la base de la base de la base de chez base cette idée ne me motivait pas du tout, mais alors pas du tout cependant je ne pouvais dire non à mes soeurs gros défaut, énorme défaut même datant de l'enfance. C'est aussi facilement que ça qu'à ; je regardais furtivement ma montre, onze et demi tapante je me retrouvais sur le parcours de santé du complexe. Malheureusement ma chère et tendre petite soeur qui avait pour habitude d'être ponctuelle ne l'était pas. J'entamai donc de faire quelques pas en solo histoire de me mettre dans le bain, je ne comptais pas laisser Syrie gagner j'avais une réputation à entretenir tout de même.

En cette douce matinée ensoleillée le complexe grouillait de personnages en tous genres, je ris même en mirant certains, le sport ce n'est pas inné chez tout le monde et puis soudain, je l'aperçue. Avec grâce je me dirigeais vers elle.

« Bonjour mademoiselle, un peu d'aide peut-être ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: Au détour d'un parcour. Kaelyn & Andréas.    Ven 12 Avr - 12:57

Samedi matin, enfin le week-end qui étaient là, entre finir de ranger les derniers cartons, les cours à la faculté d'Arts et faire mon possible pour aider mon frère, je n'avais pas eu beaucoup de temps pour moi. Or ce matin ça allait changer, je mettais levée vers les neuf heures pour faire un jogging matinale, c'était une chose que je faisais beaucoup à New York, je ne comptais même plus le nombre de rues de la grande pomme que j'avais parcouru lors de mes séances de jogging. C'était une manière de me changer les idées, de m'évader, de la vie pourrie que j'avais car même si au regard des gens, j'étais une petite princesse, il ne savait pas l'envers du décors, jamais avec ce que je montrais, mes anciens amis auraient pu se douter que ma vie familiale était quasi inexistante, que j'avais un père alcoolique qui ne bossait pas, une mère qui passait son temps à faire les volonté de mon père et, un frère, qui le pauvre n'avait pas de vie, il bossait sans cesse pour subvenir au besoin de la famille, de plus il faisait tout pour que je ne manques de rien, allant même jusqu'à se faire taper dessus à ma place, car oui mon père était violent, violent avec ma mère, violent avec mon frère, mais par chance, il n'avait jamais levé la main sur moi, Aidan y veillait, il faisait tout pour être à la maison en même temps que moi. Sauf que cela n'a pas suffit, un jour, j'étais rentré à la maison, et il n'était pas là, par contre mon père lui l'était, j'étais terrifié et essayait de me faire discrète mais pas assez au goût de mon père, qui comme à son habitude était encore bourré, il se mit en colère et me tapa dessus, tellement fort que j'en était tombé inconsciente sur le sol, j'avais terminé à l'hôpital et là s'en fut trop pour Aidan qui décida de quitter New York, m'emmenant avec lui. Voilà comment j'avais atterri dans cette petite ville de Blue Hill. Une façon de prendre un nouveau départ même si les bleus sur mon corps n'avaient pas tous disparu, et que j'avais toujours cette peur que mon père nous retrouve...

Après avoir pris un petit-déjeuné, je m'habilla en vitesse, enfilant, un pantalon de survêt, un débardeur, je me fis une queue de cheval et j'étais prête pour courir. Je parcourais une bonne distance, m’enivrant de l'air pur du matin, pour un samedi matin, il y avait beaucoup de monde dans les rues, tout le monde voulait profiter des rayons du soleil, qui par ailleurs réchauffait mes bras nus. J'avais atteint le complexe sportif, mais je ne voulais pas m'arrêter là, j'allais pour continuer ma course quand un jeune homme vint à ma rencontre, « Bonjour mademoiselle, un peu d'aide peut-être ? », je le regardais bizarrement, comptait-il vraiment me draguer avec ce genre de phrase, en tout cas, il allait très vitre voir que ça ne marcherait pas, des dragueurs j'en avais connu des tas à New York et d'ailleurs je vivais avec l'un d'eux, mon frère en était un et à force de le côtoyer j'avais appris plusieurs phrases types qu'un séducteur pouvait dire... « Non merci ça va... ». Il fallait bien l'avouer, il était très canon, j'allais lui laissé une petite chance, à savoir, ce n'était pas un Dom Juan. « Tu t’appelles comment ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: Au détour d'un parcour. Kaelyn & Andréas.    Mar 16 Avr - 17:07


La douce brunette m’adressa un regard des plus farouches. Moi qui m’étais levée d’une humeur chien et qui ne supportais pas d’attendre j’allais être servi. Etais-je tombé sur la potiche de Blue Hills ? Inspirant un grand coup afin de ne pas l’envoyer se faire voir je crispai la mâchoire alors qu’elle reprenait.

« Tu t’appelles comment ? »
Farouche mais directe la donzelle.

« Andréas Thomson, lui répondis-je du tac au tac en lui tendant la main. Et vous-même ? »

Voilà qui était fait. Peut-être m’étais-je trompé. Peut-être mon premier sentiment est-il erroné et que la brunette n’était pas un iceberg ambulant. C’est alors que mon téléphone sonna, ou plutôt bipa. Un message.

« Excusez-moi. »

Extirpant l’engin de la poche intérieure de mon leggings de sport avec un sourire gêné j’entrepris la lecture du message.

Je suis désolée mon frère mais il y a une urgence à l’hôpital et tous les internes sont demandés. Ne m’en veut pas on remet ça à plus tard. Bisous, Syrie.

Bien.
Génial.
Super.
C’est un regard mortifié que je relevai vers la demoiselle. Pour le coup elle allait croire que je ne voulais plus la laisser partir.

« Je devais courir avec ma petite sœur mais elle vient de m’informer qu’elle ne peut finalement pas me rejoindre. Voulez-vous bien rendre ma matinée un peu plus charmante et m’accompagner courir ou même prendre un verre si vous souhaitez faire une pose ou bien, préférez-vous que je vous laisse en paix ? »

Le soleil rayonnait en cette chaude matinée, les nuages s’étaient évaporer. Et je comptais bien profiter de ce temps avec de la compagnie ou non. Lentement je m’assis sur l’herbe fraichement coupé, j’aimais cette douce odeur de verdure. Le paysage du centre était l’un de mes préférés, si vivant, si frais, si idylliques en soit. C’était pour moi une véritable bouffée d’aire frais, laissant mon esprit s’apaiser, loin de moi les mesquineries et les vilénies. Non, pas ce matin. Ce matin je voulais faire une pause. Mettre en stand by tout ce qui pouvait m’atteindre. Rien ne devait exister mis à part ce radieux soleil et la charmante présence bougonne de la jeune femme.
Je jetais un regard vers l’indécise demoiselle.

« Je sais que ma réputation me précède souvent mais je vous assure que je ne mords pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: Au détour d'un parcour. Kaelyn & Andréas.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Au détour d'un parcour. Kaelyn & Andréas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Archives de la Tour de la Fauconnerie au Louvre
» [Résolu] Quelle est cette tour géante?
» [résolu]Comment attaquer au combat pas au tour par tour.
» Tour de guet
» Pro Tour Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMIYD :: Hors Jeu :: RP-