AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

◇ ◇ ◇

I hate everything about you..


◇ âge : vingt-trois ans.
◇ résidence : the william lewis house, quinzième étage, #2.
◇ études/métier : étudiante en droit.

◇ situation : célibataire.
◇ dans ton petit coeur : personne, il est vide, complètement vide..
◇ date d'arrivée : 24/03/2013
◇ messages postés : 757
◇ pseudo : almostalways.
◇ avatar : blake lively.
◇ crédits : junkiie & tumblr.
◇ autre(s) compte(s) : callie l. fawkes & anaëlie l. hopkins.


MessageSujet: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Dim 7 Avr - 22:25


Je ne veux pas que tu reviennes,
j'aurais simplement voulu que tu reste..

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

Selon mes proches, cette année a été mon année. Il faut bien avouer que sur le plan professionnel, j’ai excellé, je le reconnais. En effet, j’ai enfin pu ouvrir ma propre agence et grâce à certaines bonnes connaissances, j’ai vite réussi à me faire un nom et une réputation. Il ne se passe pas une semaine sans que j’ai affaire à des dizaines d’évènements à organiser mais bon, je ne vais pas me plaindre, j’adore mon métier. Les galas de bienfaisance, les soirées à thème, les anniversaires, tout ça, c’est mon pêché mignon. Mais le must du must, ça reste les mariages parce qu’on accompagne les époux dans un des jours qui est censé être un des plus merveilleux de leur existence. Oui, j’avoue, je suis un peu fleur bleue de ce point de vue là : les contes de fées, les calèches et tout le tralala. Donc oui, on peut le dire, j’ai réussi professionnellement cette année.

Mais ce n’est pas le seul élément qui fait que tout va bien dans le meilleur des mondes et d’un point de vue émotionnel, mon humeur a souvent avoisiné le niveau zéro cette année. En effet, la disparition soudaine d’Ethan m'a vraiment bouleversé, autant que l'année d'avant.. J’avais à peine eu le temps de lui faire comprendre mes sentiments qu’il s’était envolé me laissant plantée là avec le cœur aux bouts des lèvres. Qu’il doive partir limite j’aurais pu le comprendre si il m’avait donné une excuse valable mais, par contre, ce que je ne supporte pas et qui est impardonnable, c’est de ne plus me donner de nouvelles. Quedal. Nada. Le vide. J’ai bien essayé de l’oublier en flirtant à droite à gauche mais on oublie pas l’Amour de toute une vie si facilement.

Bref, étant donné mes penchants semi-dépressifs, j’avais décidé de me consacrer entièrement à mon boulot. Et, dès que je commençais à réfléchir un peu trop, je me lançais dans mes réservations de salles de banquets, mes compositions florales pour les bouquets de mariées et mes playlists pour les Sweet Sixteen des jeunes londoniennes. Pour le moment, je m’occupais principalement et exclusivement du mariage d’une jeune héritière qui payait extrêmement bien. Mais vous connaissez la devise, si on paye bien, on veut un résultat excellent. L’excellence est encore un mort trop faible pour exprimer ce que la demoiselle attendait de moi et de mes employés. Elle faisait attention au moindre petit détail. De ce fait, je devais passer derrière chacun de mes préposés pour vérifier qu’il faisait leur job à la perfection, ça en devenait étouffant. Mais bon.. Le jeu en valait la chandelle comme on dit.

Aujourd’hui, je devais me rendre dans la pâtisserie avec les époux afin de choisir la pièce montée même si je savais d’or et déjà que mon avis ne serait réellement pas pris en compte. Après avoir enfilé un imperméable trois quart de couleur whisky par-dessus ma petite robe noire, je regardai ma montre, j’avais une heure et demi de champ libre avant d’aller rejoindre Satan. Je décidai donc de m’octroyer une petite séance bien-être chez l’esthéticienne. Que neni.. Lorsque j’ouvris ma porte d’entrée, je tombais nez à nez avec Ethan. Ethan Callahan, oui. LE Ethan. Sans chercher à comprendre et dans un mouvement presque automatique, je lui reclapais la porte au visage. Qu’est ce qu’il pouvait bien venir faire là après plus d’un an d’absence ? Reprenant mes esprits, je finis par ouvrir la porte et le regardait de haut en bas, forçant un regard de dédain. « Qu’est ce que tu fais là ? », lançais-je d’un ton sec. Je sentai ma gorge se nouer en même temps que mon estomac. Il ne m’avait pas fait assez de mal ? Il fallait qu’il vienne remuer le couteau dans la plaie. A cet instant précis, j’étais partagée entre le désir de lui sauter dans les bras et celui le gifler. Finalement, je ne fis rien, attendant simplement sa réponse.

_________________
    A. Clélia Dickens
    « Je ne suis pas amoureuse de lui, tu sais. Non. Je ne veux pas être amoureuse. Ni de lui. Ni d'un autre. Je ne veux pas que ma vie dépende de quelqu'un. Je ne veux pas que tout s'écroule si ça ne marche pas. Je ne veux même pas qu'on essaie lui et moi. Je ne m'en remetterais pas, si jamais ça ne marche pas. J'ai le coeur bousillé. Bousillé. Pété. Défoncé. Je ne veux pas que mon bonheur soit lié à une seule personne. Non, je ne veux pas tomber amoureuse de lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Lun 8 Avr - 0:17

    Partir. Qu’est-ce qui a bien put me prendre de partir à l’autre bout de la Terre. Je peux sans doute dire que c’est sur un coup de tête mais en même temps je n’avais pas trop le choix. Imaginez-vous une seule seconde à ma place. Est-ce que vous pensez qu’il aurait été possible de reculer après les mois d’entrainement et les efforts fournis. Pensez-vous sincèrement qu’après avoir passé la formation d’espion j’allais pouvoir dire non alors qu’on avait déjà programmé des affaires à me refiler et des personnes à filer à travers des villes. Si vous croyez que laisser ma sœur et ma meilleure amie à des kilomètres de l’endroit où j’allais devoir me rendre me rendait heureux alors vous vous mettez le doigt dans l’œil. Je regrette avec le temps et avec du recul mais en retournant ça dans mon cerveau je ne trouve pas de solution pour autant. Il n’y avait rien d’autre à faire, à partir du moment où j’ai foutu les pieds dans leur centre de formation mon activité professionnelle était décidé et faite et ceux pour l’année à suivre et même celle d’après seulement ça je l’ignorais. Je l’ignorais jusqu’à ce que l’on m’informe de ce que j’étais obligé de faire.

    Partir en essayant d’être convainquant et de ne pas s’attirer les foudres de tout le monde. Déjà sur ce point là je crois que j’avais bien foiré. Ma sœur m’avait fait une crise de malade et je crois que si elle avait eut la possibilité de le faire, elle m’aurait frappé, elle m’aurait assené de coups de poings sur le torse mais heureusement elle n’a rien fait de cela. Je n’avais pas d’excuse toute faite pour ma sœur et c’était encore moins le cas pour ma meilleure amie. Et pourtant j’aurai peut être mieux fait d’en trouver une si je voulais m’attirer le moins de problèmes possible avec elle. En plus s’il y a une chose que j’aurais voulu faire c’est pouvoir appeler ma petite sœur et mes amis pour au moins donner de mes nouvelles mais pour le bien des affaires, c’était impossible. Je devais être concentré tout le temps sur le travail et faire abstraction de ce qui est ma vie normale. C’est comme si on me demandait de faire une croix sur ma vie et de faire abstraction de toutes les personnes que j’aime et qui ont fait de ma vie ce qu’elle est. Impossible de donner signe de vie à Clélia ou à la petite princesse Jenna. Impossible d’écrire ne serait-ce qu’une petite lettre à ses deux jeunes femmes qui sont des joyaux à mes yeux. Si on n’oublie ma mère et que l’on me demande qui sont les femmes de ma vie, celles qui sont les plus importantes dans ma vie et l’ont marquée à jamais et bien je crois bien que ce sont elles, Clélia et Jennalyn. Des jeunes femmes inoubliables et ingérables quand elles sont ensemble.

    Bref, je suis de retour et au lieu de rester dans mon coin je dois tenter d’aller à la rencontre de ma sœur tout d’abord pour lui faire part de mon retour et peut-être ensuite tenter de me renseigner à propos de Clélia savoir si je dois prendre mes précautions si je veux aller la voir et tenter d’ouvrir une discussion avec elle et surtout préparer des excuses. Ce n’est même pas une question que je me pose à vrai dire car il est forcément nécessaire que je lui fasse mes excuses. Je n’ai pas eut le temps avec mon retour de chercher un appartement alors pour l’instant ce sera des nuitées à l’hôtel et je pense que ce sera amplement suffisant. Je me suis préparé assez rapidement et j’ai prit le chemin de l’appartement de ma sœur, celui qu’elle avait déjà à l’époque il me semble mais surtout en espérant que cela n’ai pas changé de propriétaire. Une fois que je suis à quelques mètres de la porte de l’appartement de ma sœur, je lève la main pour sonner quand soudainement la porte s’ouvre devant moi. Jamais je n’aurai pensé tomber sur Clélia si tôt. Moi qui comptais voir ma sœur avant elle, je crois que cela tombe à l’eau. Avant même de pouvoir dire ou faire quoique ce soit, elle me referme la porte dessus. Okay, super ! Bon, je crois que c’est plutôt mal parti pour moi.

    Qu’est-ce que je fais là ? Elle voulait donc savoir ce que je venais faire dans l’appartement de ma sœur. Je crois que la réponse est assez évidente, si ma sœur est censé faire sa vie ici et cela depuis des années alors techniquement et si tout va bien c’est parce que je suis venu à sa rencontre. Mais de toutes évidences, elle ne doit pas être là et ce n’est pas elle que je dois voir en premier après ce retour en ville. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui répondre moi ? Sérieusement, je crois que c’est la plus grande colle que l’on m’ai foutu en une vingtaine d’années d’existence. Tentant tout d’abord de la regarder dans les yeux, c’est au final un regard fuyant pour lequel j’optait.

    « Je…mon travail à l’étranger est achevé pour l’instant. Je suis de retour sur Blue Hills et je voulais…vous voir. Désolé…je suis désolé. »

    Nan mais j’aurai jamais crût qu’il me serait possible de perdre mes moyens face à elle, c’est le fait de pas l’avoir vu pendant trois ans qui me rends ainsi ou juste le fait que je n’ai aucun argument valable à lui mettre sous le nez ? Je tente alors de ramener mon regard sur son visage, j’essaye de la regarder à nouveau et une fis que j’en suis capable j’essaye de rester ainsi et de ne plus la quitter du regard. Je dois affronter mes erreurs et les conneries faites par le passé.




Revenir en haut Aller en bas

avatar

◇ ◇ ◇

I hate everything about you..


◇ âge : vingt-trois ans.
◇ résidence : the william lewis house, quinzième étage, #2.
◇ études/métier : étudiante en droit.

◇ situation : célibataire.
◇ dans ton petit coeur : personne, il est vide, complètement vide..
◇ date d'arrivée : 24/03/2013
◇ messages postés : 757
◇ pseudo : almostalways.
◇ avatar : blake lively.
◇ crédits : junkiie & tumblr.
◇ autre(s) compte(s) : callie l. fawkes & anaëlie l. hopkins.


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Lun 8 Avr - 10:30


Je ne veux pas que tu reviennes,
j'aurais simplement voulu que tu reste..

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

« Je… Mon travail à l’étranger est achevé pour l’instant. Je suis de retour sur Blue Hills et je voulais… Vous voir. Désolé… Je suis désolé. » Pendant un an j’avais espéré qu’il viendrait frapper à ma porte et maintenant qu’il était là, j’étais perdue et des tas de questions se bousculaient dans ma tête : Pourquoi était-il parti ? Pourquoi ne m’avait-il pas donné de nouvelles ? Pourquoi il réapparaissait aussi brusquement ? Certainement pour Jennalyn, uniquement pour Jennalyn.. En même temps que ces questions s’enchainaient dans ma tête, je m’imaginais ce qu’il avait bien pu devenir. Si il avait trouvé un boulot en rapport à ses études ou s’il s’était totalement dirigé vers autre chose, si il avait trouvé la fille qu’il lui fallait, si il était là pour un temps ou pour une longue durée.. « T’es désolé ? Ah ouais, tu as raison, ça change tout ! » J’avais presque oublier à quel point je lui en voulais d’être parti et de nous avoir abandonnées là, Jenna et moi..

J’étais furieuse contre lui. Il avait décidé de partir ? Très bien ! Mais qu’il me laisse l’oublier en paix. Ce n’est pas en venant me voir tous les deux ans comme si il retrouvait un vieux pote que ça allait s’arranger. Il m’avait abandonné et, ça, je n’allais pas l’oublier de sitôt. Mon père m’a toujours dit : « On n’abandonne pas les gens qu’on aime ». Or, il m’avait abandonné ce qui signifiait, selon ce principe, que je n’avais jamais compté pour lui. Je finis par déposer mon sac à mains par terre et à croiser les bras sur ma poitrine : « Tu as cinq minutes et si tu es uniquement venue pour voir Jenna, elle est au boulot.. » Je ne sais pas trop ce que j’attendais de lui. Des excuses ? Des explications ? Non.. Je pense surtout que j’attendais qu’il me dise s’il comptait rester ou partir même si je ne sais pas moi-même comment j’aurais réagi à l’une ou l’autre des annonces. Il avait un effet inqualifiable sur moi. Lorsque je le voyais, chacun des éléments de mon corps se crispaient comme s’ils attendaient un geste de lui pour leur donner la permission de se relâcher.

Une chose était sûre, ma séance de soin allait devoir attendre car cette discussion risquait d’être longue. Certes, je n’avais laissé que cinq minutes à Ethan mais je savais, à la minute même où je lui avais dit, que je serais incapable de lui refermer la porte au nez une deuxième fois. Après tout, il était ce que j’attendais depuis un an. Mais.. Son retour risquait de ne pas améliorer mon capital émotivité.

_________________
    A. Clélia Dickens
    « Je ne suis pas amoureuse de lui, tu sais. Non. Je ne veux pas être amoureuse. Ni de lui. Ni d'un autre. Je ne veux pas que ma vie dépende de quelqu'un. Je ne veux pas que tout s'écroule si ça ne marche pas. Je ne veux même pas qu'on essaie lui et moi. Je ne m'en remetterais pas, si jamais ça ne marche pas. J'ai le coeur bousillé. Bousillé. Pété. Défoncé. Je ne veux pas que mon bonheur soit lié à une seule personne. Non, je ne veux pas tomber amoureuse de lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Lun 8 Avr - 14:47

    Qu’est-ce que je peux bien faire maintenant que je suis face à Clélia ? Je ne vais quand même pas lui tourner le dos et fuir le plus rapidement possible. De toutes manières j’avais prévu de demander à ma petite sœur si elle pensait qu’il soit trop tôt pour aller voir la jeune femme que j’ai à présent en face de moi. Au final j’ai cette dernière sans même avoir à passé parler à ma sœur. Malheureusement, je ne sais absolument pas quoi dire. J’ai l’impression que ce que je voudrais lui dire n’arrive pas à trouver la sortie pour être entendu par la demoiselle. Je suis censé lui présenter mes plus plates excuses et encore j’ai juste réussi à laisser échapper de ma bouche une excuse mais je ne suis pas stupide et je sais que ce n’est pas assez. Pour trois ans d’absence et un départ si précipité ce n’est sûrement pas assez. J’avais pensé de nombreuses fois à ce jour où j’aurai la possibilité de revenir ici, de revenir dans ma ville natale et de retrouver les personnes que j’aime. Pourquoi est-ce qu’il est impossible que les choses que l’on s’imagine ne puisse pas être si facile à reproduire une fois que l’on peut les reproduire.

    Même si je l’espère plus que tout je sais très bien ou je crains du moins qu’elle ne se contente pas de cette simple excuse. A mon avis je vais en baver pour me faire pardonner et d’ailleurs il suffit d’entendre sa manière de répondre et cet air renfrogné qu’elle a. Quel con je suis pour pensé que je vais me faire pardonner en un rien de temps.

    « Non, je sais que cela ne change rien du tout …mais je le suis… »

    Que dire de plus ? J’ai beau tourner et retourner les choses dans mon esprit mais je ne sais pas quoi lui dire de plus et je ne peux absolument pas lui dire que je suis un agent de la CIA. Pourtant c’est la stricte vérité et cela expliquerait beaucoup de choses. Je la regarde sans rien dire mais celle-ci décide de poser son sac, elle m’explique que j’ai cinq minutes. Mais pour quoi faire ? Je crains que ce petit laps de temps soit celui qu’elle me confie pour trouver d’autre explication à lui filer pour me justifier de ce départ ou de ce retour.

    « Je t’assure que mon départ la dernière fois ne m’enchantait guère et j’aurai voulu rester pour vous…mais je ne pouvais pas. Je t’assure je ne peux absolument pas te dire pourquoi mais j’étais obligé de quitter la ville. Normalement je devais revenir plus tôt mais les choses ne se sont pas passées comme je l’espérais.

    Est-ce que je dois lui parler de mes regrets ? Est-ce que je dois lui dire combien je pense avoir été stupide de ne pas écouter ce que disais ma sœur quand elle me demandait de rester pour Clélia. Est-ce qu’elle me croirait une seule seconde que je le regrette ?

    « Prends moi pour un menteur ou un manipulateur mais je vais être sincère avec toi…là où j’étais j’ai repensé à ce que j’ai fait ce jour où on regardait mon film d’horreur et ce jour où je suis parti et où tu as essayé d’agir de la même manière. Ne crois pas que je t’ai repoussé parce que ce n’était pas réciproque mais…je pensais que si je te montrais que c’était valable pour moi alors tu souffrirais encore plus de mon départ. En fait il était préférable que tu me déteste je pense…Crois moi que dès que j’ai quitté le pays, j’ai regretté les paroles de ma sœur qui me demandait de rester pour toi au moins.

    Sincèrement je parle encore et encore en disant ce que je pense et ce que j’ai gardé pour moi pendant ses trois longues années mais je ne sais pas du tout comment elle va le prendre. J’espère qu’elle croira quelques paroles même si elle pense que certains sont des mensonges et bien je prendrais le temps qu’il faut pour qu’elle découvre que j’ai dit la vérité.




Revenir en haut Aller en bas

avatar

◇ ◇ ◇

I hate everything about you..


◇ âge : vingt-trois ans.
◇ résidence : the william lewis house, quinzième étage, #2.
◇ études/métier : étudiante en droit.

◇ situation : célibataire.
◇ dans ton petit coeur : personne, il est vide, complètement vide..
◇ date d'arrivée : 24/03/2013
◇ messages postés : 757
◇ pseudo : almostalways.
◇ avatar : blake lively.
◇ crédits : junkiie & tumblr.
◇ autre(s) compte(s) : callie l. fawkes & anaëlie l. hopkins.


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Lun 8 Avr - 23:09


Je ne veux pas que tu reviennes,
j'aurais simplement voulu que tu reste..

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

« Non, je sais que cela ne change rien du tout …Mais je le suis… » Il n’avait pas changé et moi, pas tellement non plus en fin de compte et malgré ce que j’essayais de faire croire. Il arrivait toujours à transpercer mon cœur avec ses mots, avec sa douceur et avec ses yeux à tomber par terre. C’est simple, j’avais beau pensé être devenue une femme forte, sous son regard, je me sentais aussi vulnérable qu’un château de cartes prêt à s’écrouler.. « Je t’assure que mon départ la dernière fois ne m’enchantait guère et j’aurai voulu rester pour vous…mais je ne pouvais pas. Je t’assure je ne peux absolument pas te dire pourquoi mais j’étais obligé de quitter la ville. Normalement je devais revenir plus tôt mais les choses ne se sont pas passées comme je l’espérais. Prends moi pour un menteur ou un manipulateur mais je vais être sincère avec toi…là où j’étais j’ai repensé à ce que j’ai fait ce jour où on regardait mon film d’horreur et ce jour où je suis parti et où tu as essayé d’agir de la même manière. Ne crois pas que je t’ai repoussé parce que ce n’était pas réciproque mais…je pensais que si je te montrais que c’était valable pour moi alors tu souffrirais encore plus de mon départ. En fait il était préférable que tu me déteste je pense…Crois-moi que dès que j’ai quitté le pays, j’ai regretté les paroles de ma sœur qui me demandait de rester pour toi au moins. » Il faisait remonter tellement de souvenirs dans ma mémoire, je revoyais chaque expressions de son visage, je ressens chaque frémissements qu’il m’avait fait éprouvé.. En même temps, son récit me paraissait incohérent, pourquoi ne pouvait-il pas m’expliquer la raison de son départ ? Était-ce honteux à ce point ?

« Je t’en veux, je t’en veux terriblement même.. Mais crois-moi, Ethan, je ne serais jamais capable de te détester.. » Une chose m’avait frappé dans son récit, une chose que je ne concevais pas : il m’aimait. Ou, en tout cas, il m’avait aimé. Je n’avais pas rêvé, je ne m’étais pas fait des films, il m’aimait au moment où il est parti et Dieu seul sait où on en serait si il n’avait pas « du » partir si brusquement.. Pendant ses années d’absence, je m’étais évertuée à l’oublier difficilement, ardument et le voilà qui se pointait devant ma porte après un si long silence. J’étais perdue, totalement perdue ? J’avais envie de voir Jenna mon frère, Adrian, j’avais besoin de mes repères.. De mes nouveaux repères.. Je savais que seule face à Ethan, je risquais de faire une connerie, je risquais de laisser mes sentiments prendre le dessus.

« Tu.. Tu veux entrer et venir boire un verre ? », dis-je, le regard fuyant. J’avais lancé ça sans réfléchir plus loin, j’avais envie de le voir, j’avais besoin qu’il me parler, qu’on se retrouve comme avant. M’avançant légèrement vers lui, je pris délicatement sa main dans la mienne et le fit entrer avant de lui présenter le salon. « Fais comme chez toi, je vais nous chercher à boire. » Une fois dans la cuisine, je pris ma tête entre mes mains. Qu’est-ce que je pouvais être stupide ? Il est à peine arrivé et moi je lui retombe dans les bras comme ça, comme si rien ne c’était passé. J’avais honte de moi, je n’étais qu’une midinette sans estime et sans fierté. L’envie me prit de téléphoner à Adrian, de tout lui expliquer, de lui demander conseil mais je me ravisai. Si il apprenait que Ethan était là, avec moi, seuls dans mon appartement ; il risquait de pêter une case, de débarquer ici et de faire un scandale. Or, j’avais besoin de tout sauf ça ! Reprenant mes esprits, je retirai ma veste, me retrouvant dans ma petite robe noire, et pris les verres dans la commode avant d’attraper la bouteille de vodka et celle de jus d’orange, j’avais bien besoin d’un bon remontant après tant de surprises. Je déposai le tout sur un plateau avant d’emmener celui-ci dans le salon.

Et il était là, debout dans la pièce, occupé à regarder les photos qui ornait les murs. En effet, Jenna était devenue photographe et il se trouvait que j’étais son modèle fétiche, des photos de nous deux décoraient donc le salon. Une fois mon plateau déposé sur la table, je nous servi des vodka-orange avec environ 60 % de vodka avant de m’asseoir sur le canapé en face de celui sur lequel il venait de se poser, remettant un peu ma robe en place. Je me mis alors à l’observer, attendant qu’il parle.

_________________
    A. Clélia Dickens
    « Je ne suis pas amoureuse de lui, tu sais. Non. Je ne veux pas être amoureuse. Ni de lui. Ni d'un autre. Je ne veux pas que ma vie dépende de quelqu'un. Je ne veux pas que tout s'écroule si ça ne marche pas. Je ne veux même pas qu'on essaie lui et moi. Je ne m'en remetterais pas, si jamais ça ne marche pas. J'ai le coeur bousillé. Bousillé. Pété. Défoncé. Je ne veux pas que mon bonheur soit lié à une seule personne. Non, je ne veux pas tomber amoureuse de lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Lun 8 Avr - 23:55

    Je suis un homme bordel ! Un mec qui porte ses bijoux de famille fièrement et voilà qu’une seule personne arrive à m’en faire perdre les mots. Une seule personne me fait face et j’en perds la tête. Pourquoi ? Ce n’est pas juste d’être aussi faible face à une merveille. C’est quand même fou de défaillir juste à cause d’une seule et même personne et de perdre tous ses moyens, tout son bon sens. De ne plus trouver la capacité à créer des réponses compréhensibles et un tant soit peu bien construites. Ceci dit j’assume totalement de perdre mes moyens face à elle, surtout après avoir passé trois années loin d’ici. Trois années où je me suis demandé si un jour je pourrais la revoir, lui reparler et lui présenter mes excuses. J’aimerai tellement pouvoir lui expliquer pourquoi je me suis échappé comme un voleur, mais si les choses étaient si faciles alors elle aurait été au courant dès le début mais voyons voir on est dans la vraie vie. Justement c’est ça le problème de la vraie vie, on ne peut pas tout faire, on ne peut pas faire tout le temps ce que l’on veut et avoir tout ce que l’on souhaite. L’argent ou l’amour il faut choisir apparemment.

    Elle m’en veut ceci est tout à fait normal et à vrai dire cela m’aurait grandement surpris si cela n’avait pas été le cas mais elle met un point important à me dire qu’elle ne me déteste cependant pas. Après ce que j’ai fait, elle ne me déteste pas ? Comment…comment est-ce possible ? Je crois qu’au fond je suis touché de savoir qu’elle ne l’est pas et comme elle le dit qu’elle ne le sera jamais. C’est bizarre de l’entendre dire cela mais cela m’enlève comme un poids, une chose pesante qui s’évapore soudainement. Cependant je reste toujours aussi lourd, on me jetterai dans l’eau que je coulerai sûrement vu le poids de mes regrets.

    « Je veux bien…merci. Je ne te retiendrai pas longtemps je te promets. »

    Elle me laisse rentrer et je la suis jusque dans le salon. Elle me propose de rentrer et de boire un petit coup après tout je ne peux pas refuser. C’est beaucoup mieux que ce que j’aurai imaginé. Je suis dans l’appartement avec elle prêt à boire un petit truc alors que je pensais que je serai plutôt déjà rentré chez moi avec une claque dans la figure. D’ailleurs de base j’étais venu pour ma sœur et j’ai emporté avec moi ce que j’ai ramené de l’étranger pour elle et ce que j’avais aussi pour ma mère et Clélia. Du coup je vais devoir tout donner à Clélia en lui demandant de donner le tout à ma petite Jennalyn. Elle saisit ma main et c’est tout naturellement que je la laisse faire. Je regarde alors le sac plastique que j’ai et tandis qu’elle me conseil de faire comme chez moi, je pose le tout sur la table dans un coin en attendant qu’elle revienne avec les verres. Je m’occupe tout simplement en attendant en regardant les clichés disposés dans des cadres et qui sont des photos de la belle Clélia. Par la suite je l’entends revenir et décide de m’installer sur le canapé.

    « Dis…est-ce que tu pourras passer cela à ma sœur et lui dire que celui-ci est pour notre mère. Par contre…ça c’est pour toi… »

    Je lui tends un paquet où se trouve un dvd, à vrai dire c’est celui d’un film qu’elle voulait aller voir il y a des années mais que je n’ai guère eut le temps d’aller voir avec elle parce que j’étais occupé à faire autre chose. Encore un film à l’eau de rose. Le film Love Actually ne lui avait été conseillé par personne mais il espérait que cela lui plairait et avec elle pouvait trouver un petit flacon de parfum. Elle méritait autant d’attention mais pour le parfum il aurait sûrement voulu l’avis de sa sœur avant d’acheter ce genre de chose à Clélia. Je la regarde découvrir les choses qui se trouvent dans l’emballage et admire son visage, sa robe et sa beauté.

    « Tu…tu es toujours aussi ravissante…princesse. »

    Je saisis alors mon verre de vodka orange et le cogne légèrement contre le sien pour trinquer en espérant que cela amène du bonheur à notre retrouvaille et surtout à notre relation amicale en espérant que je pourrais devenir plus que cela pour elle.




Revenir en haut Aller en bas

avatar

◇ ◇ ◇

I hate everything about you..


◇ âge : vingt-trois ans.
◇ résidence : the william lewis house, quinzième étage, #2.
◇ études/métier : étudiante en droit.

◇ situation : célibataire.
◇ dans ton petit coeur : personne, il est vide, complètement vide..
◇ date d'arrivée : 24/03/2013
◇ messages postés : 757
◇ pseudo : almostalways.
◇ avatar : blake lively.
◇ crédits : junkiie & tumblr.
◇ autre(s) compte(s) : callie l. fawkes & anaëlie l. hopkins.


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Mer 10 Avr - 16:03


Je ne veux pas que tu reviennes,
j'aurais simplement voulu que tu reste..

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

« Dis… Est-ce que tu pourras passer cela à ma sœur et lui dire que celui-ci est pour notre mère. Par contre… Ça c’est pour toi… » Il me tendit un paquet alors que j’haussai un sourcil. Il m’offrait un cadeau comme si il était simplement parti en voyage. Or, ce n’était pas le cas, il était parti pour on ne sait quelles raisons. Curieuse et sceptique, je finis par ouvrir le paquet où se trouver un dvd d’un film à l’eau de rose : « Love Actually », c’était mon genre de film, ça c’était certain. Malgré ces années passées, il me connaissait toujours autant, il savait ce qui me plaisait. De plus, ça m’avait touché qu’il pense à un film de ce genre car ça veut surtout dire qu’il se souvient de tous nos moments passés à regarder des films, tous les deux dans la maison de l’un ou de l’autre. Ce n’était pas l’unique présent qu’Ethan m’avait offert. En effet, il y avait également un flacon de parfum Chanel, une marque que je vénérais totalement. C’était officiel, il me connaissait par cœur.

« Merci.. », murmurais-je encore sous le coup de l’émotion de ses cadeaux qui signifiait beaucoup pour moi. J’étais perdue dans mes pensées, j’avais espéré ce moment pendant tellement longtemps que je n’étais pas certaine que c’était bien réel. Peut-être rêvais-je ? « Tu… Tu es toujours aussi ravissante… Princesse. » Oui, c’était certain, je rêvais. A nouveau, je répondis par un bref et léger merci. On finit par trinquer et je bus mon verre d’une traite. Non, je ne rêvais pas, le taux d’alcool que je pouvais ressentir me le prouvait. Je déposai mon verre avant de me resservir un nouveau et de m’installer plus confortablement sur le canapé, mon verre à la main.

« Qu’est-ce que tu attends de moi ? » La question était sortie toute seule mais j’avais besoin de savoir. Je devais savoir s’il voulait redevenir mon ami, s’il voulait juste que je sois une connaissance pour lui à présent : la meilleure amie de sa sœur.. J’avais besoin de savoir ce qu’il attendait de notre relation. Il fallait que je sache si j’étais prête à lui accorder ce qu’il désirait, si j’étais apte et capable. Je bus à nouveau mon verre d’une traite et m’en resservit un, encore une fois, ça allait devenir mon rituel de cette rencontre, je crois bien. Je me sentais presque coupable d’être là, ici, avec lui. J’avais l’impression de trahir mon frère, de trahir Adrian. Tous deux m’avaient aidé à remonter la pente, à ne pas oublier Ethan mais à le laisser dans un coin de ma tête et là, je foutais tout en l’air. Il était de nouveau là, au premier plan dans ma tête comme dans mon cœur.

_________________
    A. Clélia Dickens
    « Je ne suis pas amoureuse de lui, tu sais. Non. Je ne veux pas être amoureuse. Ni de lui. Ni d'un autre. Je ne veux pas que ma vie dépende de quelqu'un. Je ne veux pas que tout s'écroule si ça ne marche pas. Je ne veux même pas qu'on essaie lui et moi. Je ne m'en remetterais pas, si jamais ça ne marche pas. J'ai le coeur bousillé. Bousillé. Pété. Défoncé. Je ne veux pas que mon bonheur soit lié à une seule personne. Non, je ne veux pas tomber amoureuse de lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Mer 10 Avr - 17:09

Un cadeau après trois ans d’absence, je ne m’attends guère à ce que cela règle tous les problèmes. Et puis on dit généralement qu’un mari achète des choses à sa femme lorsqu’il a quelque chose à se faire pardonner ou du moins qu’il a fait une connerie et qu’il veut compenser matériellement ses conneries. Cependant, nous ne sommes pas en couple et je lui offre quelque chose tout comme j’ai pensé à acheter quelque chose pour ma sœur ainsi que ma mère. Si je pense à ses deux femmes de ma famille, je ne peux guère revenir sans penser à ma petite princesse. C’est impossible. Tout comme il est sûrement impossible de me faire pardonner avec cela. J’ai quand même une petite idée sur la réaction qu’elle doit avoir en découvrant le DVD cependant j’avais eut un énorme doute en achetant un flacon de parfum. Le jour où j’avais acheté le flacon j’hésitais entre deux et j’ai bien mit quelques minutes avant de me décider. J’ai tenter de remonter loin dans mes souvenirs afin de trouver un quelconque souvenirs qui me permettrait de me rappeler si j’avais déjà vu l’une ou l’autre marque un jour chez elle dans sa salle de bain.

Au final je suis ravi de voir la surprise et une petite joie se dessiner sur son visage même si ce n’est que discret. Je connais ma petite princesse et je suis sûre que si la chose ne lui avait guère plût ou si quelque chose clochait alors elle me l’aurait dit ou du moins fait une remarque afin de me faire comprendre la chose. Elle me répondit deux merci à quelques secondes d’intervalles afin de remercier le cadeau et enfin ma remarque sur sa beauté. Je ne peux qu’être sincère à ce propos et il serait difficile de lui mentir là-dessus. Je fus surpris par contre par la vitesse dont elle vida son premier verre et pour ne pas la laisser entamer le seconde verre toute seule, j’imitais son geste et tendit mon verre afin qu’il se remplisse à nouveau grâce à la jeune femme. Une fois que nos deux verres furent remplis de nouveau, elle se cala sur le canapé confortablement et encore une fois j’imitais la jeune femme en ne la quittant guère du regard. Ce fut sa question qui me surpris assez et qui me laissa perplexe un instant. En ce moment même l’hésitation me prenait et le stress. J’étais revenu avec l’idée de lui avouer mes sentiments et de lui dire que je voulais tenter une histoire avec elle.

Mais puis-je faire une telle chose après tant d’année d’absence ? Est-ce que je ne cours pas tout simplement le risque de m’en manger cette fois une bien bonne dans la figure ou encore qu’elle me rit au nez. Au final c’est sans l’attendre que je m’enfilai mon second verre avant de le reposer sur la table et respirer profondément avant de m’exprimer.

« Je…je sais que c’est sans doute déplacer de revenir ici comme si je n’avais rien fait et je ne dis pas le contraire si j’ai bien fait une chose c’est de faire une connerie. Celle de vous abandonner alors que j’avais promis…Je veux juste revenir à tes côtés…redevenir le meilleur ami que j’étais pour toi apparemment si c’est ce que tu veux simplement. Cependant depuis que je sais que je dois revenir je ne songe qu’à faire une seule chose… »

Je sentais le moment venir mais cependant il me fallait absolument marquer une pause. Je la toisais du regard et je pris la décision de me mettre à côté d’elle, beaucoup plus que tout à l’heure. Je voulais m’approcher vraiment de cette dernière mais je pense que je dois m’arrêter à cette proximité. J’aimerai lui prendre la main mais sans doute que cela serait de trop. Je reprend un peu mes esprits et décide de reprendre la parole pour continuer ce que j’ai à dire.

« Je ne t’ai pas répondu la dernière fois…mais si j’avais put je serai resté. J’aimerai être plus que ce que j’étais pour toi à l’époque…bien entendu je comprendrais une réticence de ta part et un refus. Je t’aime Clélia…maintenant je serai ce que tu voudras pour toi…un ami, un confident, plus ou moins. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

◇ ◇ ◇

I hate everything about you..


◇ âge : vingt-trois ans.
◇ résidence : the william lewis house, quinzième étage, #2.
◇ études/métier : étudiante en droit.

◇ situation : célibataire.
◇ dans ton petit coeur : personne, il est vide, complètement vide..
◇ date d'arrivée : 24/03/2013
◇ messages postés : 757
◇ pseudo : almostalways.
◇ avatar : blake lively.
◇ crédits : junkiie & tumblr.
◇ autre(s) compte(s) : callie l. fawkes & anaëlie l. hopkins.


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Jeu 11 Avr - 0:19


Je ne veux pas que tu reviennes,
j'aurais simplement voulu que tu reste..

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

« Je… Je sais que c’est sans doute déplacer de revenir ici comme si je n’avais rien fait et je ne dis pas le contraire si j’ai bien fait une chose c’est de faire une connerie. Celle de vous abandonner alors que j’avais promis… Je veux juste revenir à tes côtés… Redevenir le meilleur ami que j’étais pour toi apparemment si c’est ce que tu veux simplement. Cependant depuis que je sais que je dois revenir je ne songe qu’à faire une seule chose… » J’étais tout simplement pendue à ses lèvres, attendant la suite qui ne semblait pas venir. Il était comme ces scénaristes qui laissent du suspense dans leurs films pour faire monter l’angoisse des gens. Il finit par continuer : « Je ne t’ai pas répondu la dernière fois… Mais si j’avais pu je serai resté. J’aimerai être plus que ce que j’étais pour toi à l’époque… Bien entendu je comprendrais une réticence de ta part et un refus. Je t’aime Clélia…Maintenant je serai ce que tu voudras pour toi… Un ami, un confident, plus ou moins. » J’étais sous le choc face à ces paroles, je m’attendais à tout sauf à ça et là, une seule question me vint en tête : Et toi Clélia, qu’est-ce que tu veux ? C’est là que les choses se compliquaient. Ce que je voulais ? Je n’en avais aucune idée ! Je l’aimais, oui, c’était une évidence, c’était certain mais est-ce que j’étais prête pour commencer une relation avec lui après tant d’années d’absence ? Rien n’était moins sûr..

Les pensées se bousculaient dans ma tête mais aucun son ne voulait sortir de ma bouche, j’étais comme paralysée, cherchant désespérément ce que j’allais bien pouvoir lui répondre. On ne répond pas à un « je t’aime » à la légère, c’est irrespectueux et malpoli. Je finis par avaler mon verre d’un coup sec et de m’en resservir un illico. Je commençais à sentir l’alcool me monter à la tête mais ça me faisait du bien, j’avais peut-être besoin d’être à l’ouest pour pouvoir avoir les idées claires même si c’est paradoxal. Je me décidai finalement à prendre la parole. « Je t’aime.. » Je levais les yeux vers lui, il le savait déjà ça, évidemment. « Oui, je t’aime comme ce n’est pas permis d’aimer.. Et ça fait mal, tu ne peux pas t’imaginer. Quand tu es parti, une partie de moi est partie avec toi et ça fait mal de vivre sans cette partie, j’ai l’impression d’avoir été amputé. On m’a enlevé un membre : Toi. Tu sais, la chirurgie, c’est une affaire compliquée et je crois que l’Amour, c’est un peu comme la chirurgie. On ne peut pas réparer ce qui a été brisé en un coup de baguette magique, non.. Il faut y aller par étape, petit à petit. Et je crois que c’est ce qu’on doit faire : y aller petit à petit. J’ai dû apprendre pendant trois ans à vivre sans toi maintenant il faut que je réapprenne à vivre avec toi.. Tu comprends.. ? » Je n’étais pas certaine d’avoir été très clair avec ma comparaison mais j’avais exprimé ce que je ressentais, c’était le plus important non.. ? Il m’avait manqué pendant tellement d’années que je ne savais plus comment vivre sans ce manque.

« Mais ne doute surtout pas que je t’aime. Je n’ai jamais cessé de t’aimer depuis mes sept ans.. Tu es certainement l’amour de ma vie Ethan mais je ne suis plus certain d’être celui de la tienne. C’est pour ça que je préfère qu’on soit uniquement des amis pour le moment.. Et, le temps nous dira comment on doit évoluer, toi et moi.. » Je levai les yeux vers lui, fixant ses prunelles. Pour me parler, il s’était rapproché de moi et cette distance infime me rendait autant mal à l’aise qu’elle me plaisait, j’étais troublée par l’espace restreint qu’il y avait entre nous. Avalant ma salive, gênée, j’avalais le verre que je m’étais servi avant de faire mon monologue et me mordit la lèvre inférieure, le fixant tendrement de mes grands yeux marrons.

_________________
    A. Clélia Dickens
    « Je ne suis pas amoureuse de lui, tu sais. Non. Je ne veux pas être amoureuse. Ni de lui. Ni d'un autre. Je ne veux pas que ma vie dépende de quelqu'un. Je ne veux pas que tout s'écroule si ça ne marche pas. Je ne veux même pas qu'on essaie lui et moi. Je ne m'en remetterais pas, si jamais ça ne marche pas. J'ai le coeur bousillé. Bousillé. Pété. Défoncé. Je ne veux pas que mon bonheur soit lié à une seule personne. Non, je ne veux pas tomber amoureuse de lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Jeu 11 Avr - 0:48

    C’est bizarre quand même de se dire que tout à l’heure alors que j’étais à la porte pour venir voir ma sœur et que c’est sur elle que je suis tombé, j’étais incapable de sortir une phrase de manière correcte et compréhensible. Incapable de lui dire quelque chose sans laisser quelques petits moments de silence entre les mots. Impossible de chercher les bons mots pour m’adresser à celle qui à mes yeux mérite la perfection, si bien entendu je n’inclus pas ma sœur dedans car c’est tout simplement logique. Tout à l’heure j’étais disons le petit garçon qui rentre de l’école et à qui on décide de faire un interrogatoire et qui peine à trouver ses mots tandis que maintenant je suis le professeur qui déballe tout ce qu’il a à dire, qui détale tout son cours à l’attention de son élève qui dans le cas présent est bien entendu Clélia. D’ailleurs, j’ai la chance de pouvoir observer cette beauté alors que je m’efforce de retrouver les mots et de terminer ce que j’ai à lui dire. Cependant, je ne veux pas faire de connerie et dire les choses de manière précipitée et ensuite regretter. Je veux réfléchir à tout ce que je dois dire pour ensuite ne pas avoir à me blâmer. Minimiser les chances de dire ou faire des conneries, là est mon but.

    Elle est si mignonne à me regarder avec ses yeux. Ses si beaux yeux que je n’aurais sût oublier pendant ses trois ans loin d’elle. Quel con ! Mais sincèrement quel con j’ai été pour ne pas poursuivre le rêve que j’avais d’être dans la médecine ou encore dans la police. Pourquoi est-ce que je me suis laissé entrainer dans la CIA, un truc où je suis obligé de mentir à ceux que j’aime tout cela parce qu’il serait possible qu’il soit en danger si un jour les choses venaient à changer ou si quelqu’un arrive à retrouver ma trace. Par quelqu’un je parle bien entendu de ceux que j’ai moi-même traqué. Déjà le simple fait de ne pas avoir put les appeler pendant ses trois années d’absence à été un calvaire, une chose horrible mais c’était un ordre de mon supérieur. Un ordre des plus horribles à respecter. A présent que les choses étaient enfin sorties de ma bouche, il ne me restait plus qu’à la regarder. Attendre une réponse ou alors une quelconque réaction de sa part. En espérant qu’il y en ai au moins une qu’elle soit bonne ou mauvaise. Peu m’importe mais qu’elle ne me foute pas dehors sans rien dire. Juste une réponse nette et précise.


    Sa réponse vint finalement et à vrai dire elle était entre le positif et le négatif. Je crois que je me suis fait tellement d’idée et tellement de scénarios dignes des plus grands réalisateurs et films hollywoodiens. Mon dieu Ethan on est dans la vraie vie pas dans un film que tu regardes à la télévision ou au cinéma. Bien entendu qu’elle avait besoin de temps et moi je reviens en pensant qu’elle va me sauter dans les bras. Mais quel crétin. A cette première partie de réponse, je me mit alors à fuir son regard et frotter nerveusement mes mains contre mon jean.

    « Ouai…ouai je comprends… »

    Peut-être qu’au fond quelqu’un à prit ma place. Peut être qu’elle dit m’aimer encore et m’apprécier toujours autant mais en trois ans on en fait des choses. J’ai bien eut le temps de faire pas mal de missions et de son côté, un autre homme à put lui voler son cœur. Voler la place de chevalier que j’avais depuis notre enfance. Je ne sais absolument pas ce qui me retient de lui dire toute la vérité. La peur ? Simplement la confiance que l’on m’a donnée aussi. Je serai prêt à donner tellement de choses pour remonter le temps et ne pas refaire les mêmes conneries. Après une longue hésitation je me lançais avec cette question des plus déplacée je pense.

    « Je…je prends compte de tes dernières paroles mais…soit sincère Cléo…est-ce que quelqu’un d’autre que moi te l’a volé ? »

    Je posais cette question en pointant ma main au niveau de son cœur mais ne la touchant cependant pas. Patienter…je vais devoir patienter et monter les échelons comme on peut le faire avec le travail. Je crois que je dois un des rares hommes à avoir plus envie de gravir les échelons du cœur d’une femme plutôt que ceux de son travail. Alors que nous étions proche tous les deux et qu’un lourd silence s’installait je ne put m’empêcher de répéter ses mots qui résonnaient dans ma tête et qui ne serviront pas d’avantage.

    « Je suis vraiment désolé… »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

◇ ◇ ◇

I hate everything about you..


◇ âge : vingt-trois ans.
◇ résidence : the william lewis house, quinzième étage, #2.
◇ études/métier : étudiante en droit.

◇ situation : célibataire.
◇ dans ton petit coeur : personne, il est vide, complètement vide..
◇ date d'arrivée : 24/03/2013
◇ messages postés : 757
◇ pseudo : almostalways.
◇ avatar : blake lively.
◇ crédits : junkiie & tumblr.
◇ autre(s) compte(s) : callie l. fawkes & anaëlie l. hopkins.


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Jeu 11 Avr - 16:09


Je ne veux pas que tu reviennes,
j'aurais simplement voulu que tu reste..

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

« Ouai… Ouai je comprends… » Il disait ça mais je n’étais pas convaincue qu’il avait compris où je voulais en venir et surtout, je n’étais pas certaine qu’il avait compris pourquoi je le faisais. Si j’avais fait ce choix, c’était pour nous préserver tous les deux. On ne peut pas se lancer dans une relation avec quelqu’un que l’on n’a pas vu depuis trois ans, c’est infaisable. J’ai beau avoir l’impression de retrouver celui que j’ai connu durant toutes ces années, c’est faux. En trois ans, on change. Et pour certains, on change beaucoup. Je ne le connais plus ou, en tout cas, je ne le connais plus entièrement, c’est une évidence. Et, c’est pareil pour lui, il ne me connaissait plus totalement non plus. La preuve en était que je ne m’attendais pas du tout à la question qui allait suivre.. « Je… Je prends compte de tes dernières paroles mais… Soit sincère Cléo… Est-ce que quelqu’un d’autre que moi te l’a volé ? » Il pointa alors sa main vers mon cœur. Personne ne m’a volé mon cœur, de toute mon existence, même pas lui : Ethan. Je suis la seule personne a possédé les clefs de mon cœur, parfois je les confie à quelqu’un mais je garde toujours un double juste au cas ou..

Pour le coup, il m’avait étonné. Il débarqué et il me demandait ça comme si ça aurait été indécent que j’ai trouvé l’Amour après l’avoir attendu pendant trois longues années. Il croyait quoi ? Que j’allais attendre toute ma vie ? Alors non, personne n’avait volé mon cœur. En tout cas pas pour le moment.. « Je.. Eumh.. Pas vraiment. Je veux dire, je suis célibataire, quoi. Maintenant si tu veux savoir si quelqu’un d’autre a pris soin de moi durant ton absence, la réponse est oui. Mon frère m’a pris encore plus sous ses ailes qu’il ne le faisait déjà, Jenna m’a soutenue comme elle a pu même si elle n’était pas au mieux de sa forme non plus et puis, il y a eu Adrian aussi.. Il m’a réapprit à sourire, il m’a fait comprendre que ça ne servait à rien de t’attendre que si tu reviendrais un jour c’était par toi-même et que mes larmes n’allaient rien y changer.. »

C’était vrai et ce même si je ne savais pas réellement ce que ma relation avec Adrian présageait, je ne voulais pas présager les choses, je préférais vivre au jour le jour, sans essayer d’organiser ma vie comme j’organise les événements. « Je suis vraiment désolé.. » Je l’avais déjà vu à son visage trois secondes après qu’il m’ait posé la question mais je le comprenais. Après tout, c’est une des premières questions qui m’a traversé l’esprit lorsque je l’ai vu débarqué : avait-il fait sa vie avec quelqu’un ? « Par contre si on doit redevenir amis, il faut qu’on s’impose des règles et la première, selon moi, serait de ne pas être jaloux, de laisser à l’autre sa liberté. Et ça vaut autant pour toi que pour moi.. »

_________________
    A. Clélia Dickens
    « Je ne suis pas amoureuse de lui, tu sais. Non. Je ne veux pas être amoureuse. Ni de lui. Ni d'un autre. Je ne veux pas que ma vie dépende de quelqu'un. Je ne veux pas que tout s'écroule si ça ne marche pas. Je ne veux même pas qu'on essaie lui et moi. Je ne m'en remetterais pas, si jamais ça ne marche pas. J'ai le coeur bousillé. Bousillé. Pété. Défoncé. Je ne veux pas que mon bonheur soit lié à une seule personne. Non, je ne veux pas tomber amoureuse de lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Jeu 11 Avr - 20:30

Mentir. Encore une je crois que c’est ce que j’ai de mieux à faire. Quoique je ne mens pas tellement. Je comprends réellement qu’elle préfère que l’on reste amis mais c’est juste que moi de mon côté j’en ai pas envie et même si je m’étais préparé à une phrase de ce genre et bien je suis quand même bien dégoûté. C’est quand même énorme la préparation qu’on peut avoir à propos d’une discussion. On peut se faire tous les scénarios en tête que ce soit les meilleurs ou encore les pires. Tous se les repasser en tête et s’imaginer notre propre réaction face à chaque cas de figure et se dire que c’est bon on est préparé à réagir de telle ou telle manière et bah non, une fois le moment venu on est toujours aussi déçu et limite les choses ne se passent pas comme on voulait. On adopte une réaction différente de celle imaginée. De toutes manières le jour où elle me demandera si je suis jaloux alors je lui dirai. Oui, si un jour je la vois avec un autre mec je pense que je serai jaloux et rien que le fait de l’imaginer avec quelqu’un d’autre que moi ne me met pas vraiment à l’aise et pourrait rapidement me faire chauffer. Mais d’un côté je ne peux pas tellement la blâmer et pourtant mon sang ne fait qu’un tour rien qu’en y pensant.

Question stupide et pourtant justement j’aimerai savoir si à part moi quelqu’un d’autre lui à prit ce petit cœur. Si quelqu’un d’autre à une place dans son petit cœur aussi importante que celle que je pouvais avoir à l’époque. Assez abattu mais ne voulant pas trop le montrer, je prends moi-même la bouteille et me serre un bon gros verre que je me vide directement après parce que j’en ai plus que besoin. Quand elle m’expliqua que son frère s’était encre plus occupé d’elle qu’avant et qu’Adrian, un homme que je ne connais pas du tout quoique peut être de nom s’était occupée d’elle en lui expliquant que cela ne servait à rien de m’attendre. Je ne put m’empêcher de rire, ce rire s’échappa tout seul et j’amenais ma main que je plaquais sur ma bouche pour ne pas m’attirer plus longtemps son attention.

« Excuses-moi…je…oui je comprends. T’as perdu un pauvre con pour retrouver un entourage en or. »

Pardon ? Si on doit redevenir amis il faut juste qu’on ne soit pas jaloux ? J’ai bien comprit qu’on était pas dans le monde des bisounours alors comment veut-elle en sachant que je l’aime toujours que je ne sois guère jaloux si elle doit avoir quelqu’un d’autre ? Nan mais sérieusement c’est juste une blague ou elle se paye ma tête. Je dois jouer avec quoi pour le coup ? Sincérité ou pur mensonge ?

« Hum…nan…pardon mais nan…tu peux pas me demander de pas être jaloux en sachant que je viens de te dire que je t’aime encore. Tu veux mettre des règles alors mets les mais je ne promets pas de les respecter. Je te laisserai faire ta vie parce que j’en ai pas du tout le choix et que j’ai disons rien à dire là-dessus. Mais je ne contrôlerai aucunement ma jalousie je le crains. Mais bon…je pense que la solution radicale sera de tout simplement garder la distance sans pour autant repartir à des kilomètres d’ici. »

Mais qu’est-ce que j’ai fait ? Je viens de lui dire sincèrement ce que je pensais et ce que j’avais en tête pour que les choses soient claires. Elle va me jeter à ce rythme là. Je prends un dernier verre et la regarde sans dire un mot pendant quelques secondes hésitant à dire qu’il faut que j’y aille avant de dire une autre connerie.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

◇ ◇ ◇

I hate everything about you..


◇ âge : vingt-trois ans.
◇ résidence : the william lewis house, quinzième étage, #2.
◇ études/métier : étudiante en droit.

◇ situation : célibataire.
◇ dans ton petit coeur : personne, il est vide, complètement vide..
◇ date d'arrivée : 24/03/2013
◇ messages postés : 757
◇ pseudo : almostalways.
◇ avatar : blake lively.
◇ crédits : junkiie & tumblr.
◇ autre(s) compte(s) : callie l. fawkes & anaëlie l. hopkins.


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Jeu 11 Avr - 21:01


Je ne veux pas que tu reviennes,
j'aurais simplement voulu que tu reste..

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

Je le vis se resservir un verre et, bien évidemment, je suivis son geste. Je commençais sérieusement à sentir les effets de l’alcool mais d’un autre côté, ça m’aidait peut-être à digérer tout ça. [color=#4f74bd]« Excuses-moi… Je… Oui je comprends. T’as perdu un pauvre con pour retrouver un entourage en or. » Je levais les yeux au ciel, ça m’énervait quand il pensait ainsi. « Arrête un peu.. T’es pas un pauvre con et tu sais que c’est loin d’être ce que je pense de toi. C’est juste qu’ils ont pris soin de moi quand toi tu n’étais plus là pour le faire, ça ne veut pas dire que je n’ai pas eu du mal à vivre ton départ. Tu sais très bien que si j’avais pu te garder près de moi, je l’aurais fait.. » Je le vis tiquer lorsque je parlais de jalousie. En même temps, j’aurais dû m’en douter. Déjà lorsque l’on ne s’était pas avoué nos sentiments réciproques, ça lui arrivait d’être jaloux alors maintenant qu’il savait que je l’aimais et que je savais qu’il m’aimait..

Je bus à nouveau mon verre d’une traite, tout en m’en resservant un nouveau. C’est alors qu’il reprit : [color=#4f74bd]« Hum…nan…pardon mais nan…tu peux pas me demander de pas être jaloux en sachant que je viens de te dire que je t’aime encore. Tu veux mettre des règles alors mets les mais je ne promets pas de les respecter. Je te laisserai faire ta vie parce que j’en ai pas du tout le choix et que j’ai disons rien à dire là-dessus. Mais je ne contrôlerai aucunement ma jalousie je le crains. Mais bon…je pense que la solution radicale sera de tout simplement garder la distance sans pour autant repartir à des kilomètres d’ici. » Je baissai les yeux, il avait raison : je savais pertinemment que si jamais il voyait une autre fille, j’allais devenir verte de jalousie, je me connais. Bien évidemment, j’essayerais de le cacher mais je ne serais pas très convaincante, c’est certain..

« Oui, tu as raison, je suis désolée.. » Buvant un nouveau, je me rendis enfin compte de la fin de ses propos. Prendre de la distance ? Alors qu’il vient juste de revenir dans ma vie ? C’est une blague ! Il a pas le droit de me faire ça, pas après tant de temps. Il ne peut pas m’abandonner une nouvelle fois, il n’a pas le droit. Me rapprochant de lui, ma cuisse collée contre son jeans et ma main sur son bras, je le regard de mes grands yeux noisettes qui le supplient de ne pas me laisser. « Tu peux pas. T’es parti trois ans, c’est assez. Maintenant, tu restes près de moi.. » Je soupirais avant d’avaler ma salive, je venais de parler de liberté deux minutes plus tôt et là, je crois bien que c’était à moi de lui donner la sienne. Je n’avais pas le droit de le supplier de rester de la sorte, c’était purement égoïste et ce n’est pas ainsi que mes parent m’avaient élevé.. Je devais lui laisser faire ses propres choix et ce même si ceux-ci ne me réjouissait pas. « Enfin.. Si c’est vraiment ce que tu veux, je comprendrais.. »

_________________
    A. Clélia Dickens
    « Je ne suis pas amoureuse de lui, tu sais. Non. Je ne veux pas être amoureuse. Ni de lui. Ni d'un autre. Je ne veux pas que ma vie dépende de quelqu'un. Je ne veux pas que tout s'écroule si ça ne marche pas. Je ne veux même pas qu'on essaie lui et moi. Je ne m'en remetterais pas, si jamais ça ne marche pas. J'ai le coeur bousillé. Bousillé. Pété. Défoncé. Je ne veux pas que mon bonheur soit lié à une seule personne. Non, je ne veux pas tomber amoureuse de lui. »


Dernière édition par A. Clélia Dickens le Jeu 11 Avr - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Jeu 11 Avr - 22:05

Alors que de mon côté je me sers un verre surtout et limite pour me punir des choses que j’ai dit ou juste boire afin de bien me torcher le cerveau et ensuite oublier les choses que j’ai put dire du moins pendant un court instant, quelques heures peut être. Elle de son côté me suit en se servant de nouveau un verre et l’entamant aussitôt. Je ne sais pas ce qu’elle a de son côté à oublier ? Si c’est moi je crois qu’elle a eut le temps de le faire quand je n’étais pas là, je veux dire de boire alors pourquoi le faire maintenant. Cela ne doit sûrement pas être ça. Je sais qu’elle connait ma façon de parler et les idées que j’ai quand j’utilise par exemple l’ironie ou d’autre chose dans le genre, le sarcasme et compagnie mais en même temps cela fait partie de moi et des fois c’est vraiment utile pour s’exprimer. Malheureusement cela peut agacer beaucoup de personnes et aussi foutre la merde assez rapidement mais c’est ainsi et elle a eut le temps de s’habituer durant toutes ces années où l’on s’est connus et qu’on a passé du temps ensemble. Je crois que je ne suis pas capable de répondre à sa remarque par rapport au fait qu’elle m’aurait gardé près d’elle si elle le pouvait.

Effectivement que j’ai raison. Il faudrait que je sois complètement con ou juste je m’en foutiste pour la laisser certes être avec un mec mais ne pas ressentir de sentiment de jalousie. Je serai jaloux et rien que de ne pas savoir ce qui lie réellement Clélia et ce satané Adrian commence déjà me stresser. Je crois que je vais me servir de mon statut d’agent de la CIA pour chercher des informations sur cette personne par contre j’espère qu’il n’y a pas trente six mille Adrian dans cette ville parce que je n’ai pas vraiment son nom de famille, du moins pas pour l’instant mais au pire des cas il ne me faudra peut être pas longtemps avant de réussir à le trouver. Heureusement qu’elle comprend enfin que c’est une chose que je ne pourrais pas faire que de rester avec elle et de la voir avec des autres mecs sans être jaloux. Après si elle de son côté elle peut me voir avec une autre femme sans être jaloux alors c’est tant mieux pour elle sauf que je sais pas si je vais réussir à trouver quelqu’un d’aussi parfaite pour la remplacer. Cela risque d’être une chose fortement complexe.

« Je veux rester auprès de toi…je suis revenu exprès mais si je dois te regarder sortir avec d’autre mec et ne pas être jaloux alors je suis désolé mais je peux pas. Je suis revenu pensant que j’arriverai à avoir une vie comme avant mais j’ai tout perdu en quittant cet endroit. »

Ce que je veux ? Si c’est ce que je veux de partir ? Je suis revenu exprès ici parce que c’était ce que je voulais. Parce qu’elle est ce que je veux mais j’apprends qu’au final on doit rester amis du moins pour l’instant ce qui du moins est la traduction littéral du « on va rester amis toi et moi ». Non je ne repartirai pas sauf si je ne supporte pas de la voir avec un autre et que je comprends que je n’ai plus aucune chance. Je repartirai réellement d’ici pour me faire une nouvelle vie ailleurs si je vois que plus ne me retiens ici pas même ma sœur qui pourrait être capable d’avoir réussit à se faire une vie sans moi.

« Arrêtes…je viens de revenir tu penses bien que je veux pas repartir. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

◇ ◇ ◇

I hate everything about you..


◇ âge : vingt-trois ans.
◇ résidence : the william lewis house, quinzième étage, #2.
◇ études/métier : étudiante en droit.

◇ situation : célibataire.
◇ dans ton petit coeur : personne, il est vide, complètement vide..
◇ date d'arrivée : 24/03/2013
◇ messages postés : 757
◇ pseudo : almostalways.
◇ avatar : blake lively.
◇ crédits : junkiie & tumblr.
◇ autre(s) compte(s) : callie l. fawkes & anaëlie l. hopkins.


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Jeu 11 Avr - 23:14


Je ne veux pas que tu reviennes,
j'aurais simplement voulu que tu reste..

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

« Je veux rester auprès de toi…je suis revenu exprès mais si je dois te regarder sortir avec d’autre mec et ne pas être jaloux alors je suis désolé mais je ne peux pas. Je suis revenu pensant que j’arriverai à avoir une vie comme avant mais j’ai tout perdu en quittant cet endroit. » Qu’est-ce qu’il racontait ? Pour le moment, je n’étais encore avec personne, j’étais libre et c’était ça qui me plaisait. Je n’avais de compte à rendre à personne. Même si le fait d’être en couple pouvait parfois manquer à ma vie. Avoir quelqu’un qui prend soin de nous, qui nous protège, qui nous enlace, qui nous embrasse.. Toutes ces petites choses me manquaient.. Et voilà, je me faisais une mini déprime et hop, un nouveau verre de vider. Il fallait que je me calme où j’allais finir dans les toilettes à vomir tout ce qui se trouve dans mon petit corps.

« Arrêtes… Je viens de revenir tu penses bien que je ne veux pas repartir. » Je souris immédiatement en entendant ses propos, il ne partirait pas, il ne me laisserait pas, j’allais pouvoir à nouveau l’avoir dans ma vie et c’était un grand soulagement car je ne devais plus être l’ombre de moi-même, je pouvais enfin redevenir la Clélia d’avant.. Reprenant à nouveau un verre que j’avale aussitôt, je pose ma main sur sa jambe. « Tu sais, tu m’as vraiment beaucoup beaucoup manqué hein ! J’ai essayé de t’appeler plein de fois sur ton portable mais apparemment tu avais changé de numéro.. Puis, j’ai été à l’aéroport aussi mais je ne t’y ai jamais vu.. » Les larmes commençaient à me monter aux yeux mais il ne fallait pas que je les laisse s’échapper, je pris donc un nouveau verre de vodka orange avant de m’accroupir en face de lui. « J’oublierais jamais ce gamin qui se prenait pour un Super-héro, j’oublierais jamais cet adolescent protecteur qui a emmené sa meilleure amie au bal de fin d’année, j’oublierais jamais ce jeune homme qui a failli m’embrasser alors que j’ai eu peur de briser notre amitié. Je ne t’oublierais jamais, Ethan. »

Lui souriant naïvement, je sentis l’alcool me monter à la tête, il fallait vraiment que j’arrête maintenant. Je fixais ses magnifiques yeux bleus et je fus prise d’une irréversible envie de l’embrasser. A ce moment précis, j’avais l’impression que l’on ne s’était jamais quitté, qu’on en était au même point qu’il y a trois ans et que l’on attendait qu’une chose : pouvoir avoir l’autre rien que pour soi. Je ne sais pas si c’est le désir, l’alcool ou le mélange des deux qui me fit me rapprocher doucement de lui pour finir par poser délicatement mes lèvres sur les siennes. J’avais attendu et rêvé ce moment pendant tellement longtemps que j’avais l’impression que le temps était suspendu.

_________________
    A. Clélia Dickens
    « Je ne suis pas amoureuse de lui, tu sais. Non. Je ne veux pas être amoureuse. Ni de lui. Ni d'un autre. Je ne veux pas que ma vie dépende de quelqu'un. Je ne veux pas que tout s'écroule si ça ne marche pas. Je ne veux même pas qu'on essaie lui et moi. Je ne m'en remetterais pas, si jamais ça ne marche pas. J'ai le coeur bousillé. Bousillé. Pété. Défoncé. Je ne veux pas que mon bonheur soit lié à une seule personne. Non, je ne veux pas tomber amoureuse de lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Jeu 11 Avr - 23:30

Pourquoi est-ce que je me suis comporté comme étant l’homme de la famille pendant des années, durant toutes ces années où mon père n’a plus été là et maintenant que je suis revenu je suis aussi déçu qu’un gosse. Aussi surpris que le serait un enfant qui pensait voir quelque chose et qui constate que ce n’est pas du tout le cas et que les choses sont tout bonnement différentes de ce qu’il avait put s’imaginer dans sa petite tête. Je crois que je me suis trop reposé sur la vie et les relations que j’avais avec mon entourage avant de partir. J’ai pensé que l’amour que nous avions tous ensemble ne pouvait pas disparaitre ou encore changer que ce soit avec ma sœur, ma mère ou encore ma meilleure amie. En fait c’est tout le contraire, partez un peu pour une raison valable et les autres se font tout un tas d’idée sur votre compte, vous vous faites descendre comme pas possible et la moindre de vos excuses n’est pas prit en compte du moins pas sérieusement. Je ne peux pas la brusquer enfin la forcer. En fait je dois subir ses décisions et ses choix tout comme elle a précédemment subit mon départ.

La pauvre s’est rendu à l’aéroport à maintes reprises apparemment en espérant me voir revenir d’une destination quelconque ou encore m’a appelé mais on m’a prit mon téléphone en me faisant partir pour l’Europe et toutes les autres destinations et on m’en a fourni un autre jusqu’à mon retour ici. Je n’avais aucun numéro ou possibilité d’appeler les personnes qui appartenaient à ma vie passée.

« Je suis affreusement désolé que tu n’ai pas réussi à me contacter mais...j’ai perdu mon portable enfin on me l’a. La police ne m’a recontacté que très récemment pour me dire qu’il avait retrouvé le voleur il y a une semaine et donc les effets personnels avec. J’aurai voulu vous appelez pour donner de mes nouvelles et surtout prendre des votre mais impossible.»

Elle bougea alors soudainement et prit place un peu plus près de moi et m’énuméra ce qu’elle n’oubliera pas. Ce moment où je jouais le super héro en embêtant ma sœur et cette dernière ou encore notre bal de fin d’année où je lui ai demandé de venir avec moi. Elle ne m’oubliera jamais…peut être comme j’ai eut dut mal à l’oublier pendant ces trois années loin d’elles, loin d’elle. Alors que l’idée ne m’avait absolument pas traversé l’esprit étant donné notre discussion et la décision qu’elle avait prise, je ne me serais guère permit de l’embrasser. Cependant de son côté, elle s’approcha de moi et je pense être moins alcoolisé qu’elle malgré les nombreux verres que j’ai put me descendre. Ceci dit ne croyez pas que je vais la repousser, ses lèvres si douces posées sur les miennes n’allaient pas être un problème pour moi et au contraire elle m’avait terriblement manqué et j’en avais souvent rêvé. Alors quand elle m’embrassa, je me permis un geste, celui de poser ma main sur sa joue et de prolonger cette initiative qu’elle avait prise.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

◇ ◇ ◇

I hate everything about you..


◇ âge : vingt-trois ans.
◇ résidence : the william lewis house, quinzième étage, #2.
◇ études/métier : étudiante en droit.

◇ situation : célibataire.
◇ dans ton petit coeur : personne, il est vide, complètement vide..
◇ date d'arrivée : 24/03/2013
◇ messages postés : 757
◇ pseudo : almostalways.
◇ avatar : blake lively.
◇ crédits : junkiie & tumblr.
◇ autre(s) compte(s) : callie l. fawkes & anaëlie l. hopkins.


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Mar 16 Avr - 14:01


Je ne veux pas que tu reviennes,
j'aurais simplement voulu que tu reste..

▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀▀

« Je suis affreusement désolé que tu n’ai pas réussi à me contacter mais...j’ai perdu mon portable enfin on me l’a. La police ne m’a recontacté que très récemment pour me dire qu’il avait retrouvé le voleur il y a une semaine et donc les effets personnels avec. J’aurai voulu vous appelez pour donner de mes nouvelles et surtout prendre des votre mais impossible.» J'hochai légèrement la tête sans répondre. Qu'est-ce que j'aurais bien pu répondre à ça ? J'aurai voulu lui demander pourquoi c'était impossible de nous donner signe de vie mais je connaissais déjà sa réponse : je ne peux rien te dire. Cette histoire semblait tellement complexe, je ne parvenais même pas à imaginer ce qui aurait pu l'amener à devoir tout cacher ainsi. Lorsque dans un élan d'ivresse, je l'embrassai, il répondit naturellement à mon baiser, comme si on avait tous les deux attendus ce moment, cette apogée. J'avais l'impression de revivre depuis des mois, il était enfin de retour et pour de bon apparemment.

Ce fut mon téléphone portable qui me sortit de mes rêveries et qui rompu notre baiser. Je l'attrapai maladroitement avant de décrocher sans faire attention au numéro de téléphone qui s'était affiché. « Allo ? » « Allo, mademoiselle Dickens ! » Cette voix perçante et insupportable, je l’aurais reconnue entre milles, c’était la voix de la fameuse cliente avec laquelle j’avais rendez-vous cette après-midi. Je jetai rapidement un coup d’œil à l’heure, j’avais déjà une demi-heure de retard, outch. « Vous êtes au courant que je vous attend depuis plus d’une demi-heure ! On m’avait dit que vous étiez une organisatrice hors pair mais je.. » « Je suis vraiment désolée, j’ai eu un empêchement, j’arrive de suite. » « J’espère bien ! » Et hop, elle avait déjà raccroché. Trop occupée à admirer Ethan, j’avais oublié que j’avais un rendez-vous professionnel, c’était malin.

Je me tournai à présent vers Ethan. Au vue de ma conversation, il avait sans doute compris que je devais y aller. Ce coup de fil m’avait remis les idées en place, j’avais fait quelque chose de stupide, de particulièrement stupide. Je venais de lui dire que l’on devait rester ami et quelques temps après, je l’avais embrassé. Certes l’alcool m’y avait poussé mais je savais parfaitement qu’il n’y avait pas que ça, l’attirance que j’avais pour lui était toujours aussi forte. « Je suis vraiment désolée mais je vais devoir partir.. Et, je suis désolée pour ce que je viens de faire aussi, c’était déplacé surtout si on tient compte de ce que j’avais dit précédemment ».

_________________
    A. Clélia Dickens
    « Je ne suis pas amoureuse de lui, tu sais. Non. Je ne veux pas être amoureuse. Ni de lui. Ni d'un autre. Je ne veux pas que ma vie dépende de quelqu'un. Je ne veux pas que tout s'écroule si ça ne marche pas. Je ne veux même pas qu'on essaie lui et moi. Je ne m'en remetterais pas, si jamais ça ne marche pas. J'ai le coeur bousillé. Bousillé. Pété. Défoncé. Je ne veux pas que mon bonheur soit lié à une seule personne. Non, je ne veux pas tomber amoureuse de lui. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar
Invité

◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   Mer 17 Avr - 15:03

Je vais être le plus sincère possible en disant qu’en revenant je ne m’attendais pas à ce qu’un baiser s’établisse aussi rapidement. Je ne veux pas la presser même si au fond de moi j’aimerai rattraper le temps perdu et faire ce que nous n’avons pas fait parce qu’à chaque fois l’un de nous ne semblait pas prêt ou ne pouvais pas. Mais apparemment il fallait encore du temps à cette petite jeune femme avant de se décider à pouvoir se mettre avec moi. Et encore elle parle de temps mais il n’est dit ou écrit nulle part que le temps permettra aux choses de se faire. Ce qui est bien avec cette excuse c’est que cela peut être autant negatif que positif. On peut attendre comme un crétin en pensant que la chose se fera et se retrouver des années après à se pointer devant la même personne et lui dire que cela fait des années que l’on attends comme elle voulait et que l’on aimerait savoir si les choses vont se faire. Et là une bonne comme une mauvaises nouvelles peut nous retomber sur la face. Je ne sais pas si au final je suis prêt à prendre ce laps de temps qu’elle veut tout cela pour l’attendre. Bien entendu elle m’a attendu elle de son côté pendant des années alors que je ne lui donnais pas de nouvelles et surtout que j’étais à des kilomètres d’elle et j’aimerai pouvoir l’attendre mais je ne peux guère jurer que je ne serais pas jaloux de tous ses hommes qui l’approcheront et surtout d’un dont elle vient de me parler.

Un baiser s’échange au final entre nous et l’initiative vient d’elle. Il est vrai qu’elle semble avoir peut être but plus que moi mais on dit bien que chaque corps réagit à l’alcool de manière différente et j’ai peut être plus de facilité à encaisser tout ce flux d’alcool que nous avons laisser ingurgiter et rentrer dans notre corps. J’espère que ce n’est pas un coup de folie et un tour de l’alcool que ce qui vient de se passer mais en attendant alors que je profite de ce moment et décide de prolonger son baiser c’est son téléphone qui vient foutre le bordel. Ce dernier sonne et bien entendu fait réagir ma petite princesse qui décide de décrocher. Je recule et me gratte la nuque en écoutant de temps à autre les quelques réponse qu’elle fournit à son interlocuteur et je comprends qu’en fait elle semble peut être rappelé à l’ordre par les personnes qu’elle devait peut être voir quand elle m’a vu sur le pas de sa porte. C’est de ma faute si elle se fait engueuler du moins je crois.

« Tu t’excuses de ton geste ? Je ne le regrette pas pour ma part. Bonne chance pour ton travail. »

N’osant rien faire de plus je me contentais de lui déposer un baiser sur la joue et de prendre la porte immédiatement la laissant quitter l’endroit bien après moi. Je pris le chemin de mon hôtel en réfléchissant à ce que j’allais bien pouvoir faire à son égard. Elle regrette le geste qu’elle vient de faire si j’ai bien comprit, ce n’est guère bon pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



◇ ◇ ◇


MessageSujet: Re: ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »   

Revenir en haut Aller en bas
 

ETHELIA ღ « T'es parti. T'es juste parti comme si c'était normal, comme si j'allais pas m'écrouler. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C’est parti pour le POP3 chez Hotmail
» Let the competition begin ! (Le ladder 2 v 2 est parti !)
» Modification de vague comment en tirer parti?
» cherche parti amical sur octgn
» Faire parti des 3% de plus de 50 ans (ACCEPTEE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LMIYD :: Hors Jeu :: RP-